Créé en 1977 au cœur de la région Auvergne, à cheval sur les départements du Cantal et du Puy-de-Dôme, le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne s’étend sur 120 km du nord au sud et se compose de 5 régions naturelles : l’Artense, le Cézallier, les Monts du Cantal, les Monts Dômes et les Monts Dore.

Au cœur de ce Parc, long de 140 km, l’emblématique GR 400 chemine autour du massif cantalien, le plus grand volcan d’Europe (2700 km²), et évolue entre 750 m et 1855 m d’altitude. C’est donc de la moyenne montagne. Il est décliné en 5 boucles d’une ou deux journées, mais il est possible de le suivre dans sa totalité en 7 ou 8 jours, et c’est l’option que j’ai choisie. Concernant les hébergements, pas trop le choix, gîtes d’étape ou hôtels. Les burons, ce sera pour une autre fois. Pour ce trek, je suis accompagné par François, randonneur expérimenté de mon âge, originaire de Corse mais habitant Marseille. Merci à Rando-Trekking, site de partage et de recherche de coéquipiers.

J’étais déjà venu dans le Cantal il y a 2 ans, randonner avec 2 couples d’amis pendant 3 jours. J’ai donc retrouvé avec plaisir et d’autres conditions météo, certains sites ou hébergements. Je vous confirme donc que le Cantal mérite qu’on s’y arrête.

Juste avant mon récit, voici quelques images du GR 400, provenant d'un reportage proposé par la chaîne Voyage.

Après 3 heures de route, visite, sous la pluie, du village de Salers (prononcez Salère) classé "les plus beaux villages de France". En deux mots : allez-y !

 

Gîte d'étape communal, 15380 Le Falgoux

04 71 69 51 28, 06 77 29 28 43, mairie.lefalgoux@wanadoo.fr 

Très bon accueil de Stéphanie, cuisine bien équipée, locaux propres. Ça change de ce que j'ai connu il y a 2 ans ! 

 

Jour 1 : Le Falgoux - Le Fau

19 km, 925 m de dénivelé +

Après avoir passé une bonne nuit au Falgoux, nous débutons notre périple à 8 heures. 5 minutes après, première pause, pour mettre les habits de pluie. Donc pas beaucoup de photos en première partie, puisqu'il pleut pendant 2 heures. Nous commençons le dénivelé de la journée en forêt, ce qui nous permet d'être un peu à l'abri. Suit un chemin forestier pendant 3 km et le buron du Violental. Là, je me mets en short, et nous attaquons la montée du Puy Violent (1592 m). Puisque le GR ne prévoit pas de passer par le sommet, nous décidons d'y aller, en guise de digestion, et nous profitons d'un panorama exceptionnel à 360°. Descente tranquille jusqu'au Fau où nous arrivons à 15 heures. Attention : les derniers kilomètres de l'étape ont été modifiés récemment, ce qui rallonge quelque peu le parcours. En fin d'après-midi, une averse de grêle s'abat sur le village, mais nous sommes à l'abri devant une bière. Ce n'est pas comme 2 jeunes qui arrivent trempés, avec qui nous faisons connaissance. Axelle et Camille sont voisins, puisque originaires d'Issoire (Puy-de-Dôme). 

 

Gîte d’étape, 15140 Le Fau

04 71 40 73 10, 06 71 92 36 55, mairie.lefau@wanadoo.fr

Très bon accueil, bon dîner, gîte fonctionnel. Il paraît que ce gîte pourrait disparaître, ce serait vraiment dommage.

Jour 2 : Le Fau - Mandailles 

24 km, 1010 m de dénivelé +

Début de la journée par un sentier agréable montant progressivement. Nous entendons plusieurs cascades, sans les voir. Nous passons les ruines de Chavaspre, puis attaquons une dure montée, à découvert, jusqu'au col sous la Roche Taillade (1654 m). Nous restons un long moment sur la crête, en passant par le col de Redondet (1640 m) et le Puy Chavaroche (1739 m) et son imposant cairn. Spectacle grandiose et aérien à 360°, avec un grand soleil, et vue sur le Puy Mary (1783 m), le Puy Griou (1690 m) et Mandailles 800 m plus bas. Nous rencontrons plusieurs névés sur quelques versants ombragés, mais également beaucoup de randonneurs. Ensuite, col du Piquet, Cabrespine et longue descente jusqu'au hameau de Laveissière. A St-Julien-de-Jordanne, nous accélérons le rythme lorsque nous sentons quelques gouttes. Après 8 heures de marche, nous arrivons à Mandailles, même pas mouillés, où nous faisons quelques courses pour les prochains repas de midi. Nous réservons pour le dîner et rejoignons le gîte. 

 

Gîte d'étape "Vert Azur", 15590 Mandailles

04 71 47 93 81, 06 75 24 05 15, vert.azur@orange.fr

Nouveaux propriétaires depuis quelques mois, très bon accueil, gîte toujours aussi fonctionnel.

Dîner en ville "Aux Genêts d'or", très bonne adresse.

Jour 3 : Mandailles - Lafon

18 km, 920 m de dénivelé +

Étape de transition avant le sommet du Cantal. Journée agréable avec en première partie la montée du col du Pertus (1309 m), la montée de l'Élancèze et passage en crête jusqu'au Puy de la Poche (1500 m) avec quelques falaises impressionnantes. En face de nous, le Puy Griou, le Plomb du Cantal (1855 m) et le sommet de la station de Super-Lioran. Nous apercevons également au loin la ville de Vic-sur-Cère. Pause déjeuner à Trielle, sur la terrasse du restaurant, où nous retrouvons avec plaisir le jeune couple d'Issoire. Ensuite, descente de 700 m à travers les prairies et les genêts, et visite de la charmante petite ville de Thiézac, après être passés par une grotte "miraculeuse" et un chemin de croix. Pour terminer, montée jusqu'à Lafon par le Chaos de Casteltine et la Porte du Lyon, phénomènes issus de l’activité volcanique. En attendant l'ouverture du gîte, nous voyons arriver à nouveau le jeune couple, n'ayant pas trouvé d'hébergement à prix correct.

À noter un problème de balisage juste avant le col du Pertus : le GR 400 part à la fois vers le Puy Griou qui est bien indiqué, et vers Thiézac où il manque un panneau indicateur. Pour notre part, nous avons fait plus d'un kilomètre avant de reprendre la bonne direction, ce que nous avons pu éviter à Axelle et Camille. 

 

Gîte d'étape de Lafon, 15800 Thiézac

04 71 47 03 42, 07 81 99 03 14, gitelafont@free.fr

Très bon accueil de Christelle et Monique, gîte fonctionnel.

Dîner copieux en provenance d'une ferme auberge des environs. 

Jour 4 : Lafon - Plomb du Cantal - Prat de Bouc

16,5 km, 910 m de dénivelé +

Début d'étape avec 3 gouttes de pluie qui nous incitent à nous habiller en conséquence. Nous gardons les habits de pluie, mais pour nous protéger du vent. Après le gîte de La Tuillière, direction la crête par une ancienne voie romaine, le Puy Gros (1594 m), le col de la Chèvre et le Puy Brunet (1806 m) avec une vue imprenable sur St-Jacques-des-Blats, la station de Super-Lioran, le sommet des remontées mécaniques et le Plomb du Cantal (1855 m), point culminant du Cantal. A la table d’orientation, là encore, panorama exceptionnel à 360°, avec un grand soleil mais un vent très, mais très violent. Après 460 m de dénivelé négatif, nous arrivons au col de Prat de Bouc vers 13h30. Avant de rejoindre la chambre, nous attendons un peu en compagnie de Axelle et Camille qui nous quittent une dernière fois pour rejoindre Murat et terminer l'aventure. 

 

Gîte La Grange des Roches, 15300 Col de Prat de Bouc

04 71 20 20 92, barres-rachel@orange.fr

Ancien gîte rénové en chambres, très bon accueil, dîner copieux, hébergement fonctionnel. 

Jour 5 : Prat de Bouc - Murat

17,5 km, 320 m de dénivelé +, 805 m de dénivelé -

Encore une étape de transition, sous la pluie par averses intermittentes mais jamais violentes. L'orage gronde au loin. Col de la Molède, bucolique comme dirait mon coéquipier François, le village de Bredons avec ses jolies maisons et son église prieurale classée et arrivée de bonne heure à Murat et sa cité médiévale. Dans l'après-midi, visite de cette petite ville au charme historique à découvrir. A découvrir également, les bières d’Auvergne (mais chut !).

 

Hôtel Au Bredons, 6 avenue de la République, 15300 Murat

04 71 20 04 04, info@hotel-les-messageries.com

Accueil minimal (il faut dire que j'ai massacré le paillasson du restaurant en allant chercher la clé de la chambre et qu’il a fallu négocier l’heure du petit déjeuner).

Jour 6 : Murat - Puy Mary - Lavialle

31,5 km, 1310 m de dénivelé +

Départ de Murat sous la pluie. A cet endroit, le GR 400 et le chemin de St-Jacques-de-Compostelle sont un seul et même sentier. Nous surplombons Laveissière, qui aurait dû être notre point de départ sans tous ces soucis climatiques. Passage au Puy Bataillouse où la pluie nous arrive dessus à l’horizontale à cause d’un vent violent. Nous arrivons au col de Rombière (1549 m) après s’être arrêtés pour nous habiller chaudement : 2e couche (thermique), gants, passe-montagne. Après le col de Cabre, nous arrivons à la fameuse brèche de Roland (pas celle des Pyrénées) avec un rayon de soleil. Là, il faut "mettre les mains" mais rien de dangereux. La suite, c’est le gros morceau de la journée : l’ascension du Puy Mary (1783 m), classé Grand Site de France. Et c’est vrai que là-haut, le panorama à 360° est à couper le souffle. Malheureusement aujourd’hui, c’est pas mal bouché. C’était mieux en 2016 ! Nous redescendons au Pas de Peyrol où nous nous mettons au chaud pour déjeuner. En repartant, nous cherchons notre chemin (manque d’indications et confusion avec le GR 4) pour aller jusqu’au Col de Serre et arrivons à Lavialle après 9 heures de marche, un peu humides. Dans la soirée, nous faisons la connaissance d’un groupe de retraités de la Creuse, avec qui nous passons un bon moment. Egalement à table, 2 jeunes belges avides de conseils de la part de randonneurs expérimentés (c’est nous).

 

Gîte d'étape du Puy Mary, Lavialle 15400 Le Claux

04 71 78 34 84, 06 71 15 31 74, gitedupuymary@orange.fr

Très bon accueil de Lise et son mari, très bon dîner, gîte fonctionnel. Rapport qualité / prix imbattable, le top.

Jour 7 : Lavialle - le Falgoux

14 km, 535 m de dénivelé +, 725 m de dénivelé -

Nous quittons avec regrets nos hôtes qui nous ont si bien reçus. Il faut dire qu’on a envahi leur chaufferie pour faire sécher toutes nos affaires. Les 2 jeunes belges partent devant et nous ne les reverrons plus. La pluie tombe depuis le départ. Sur les premiers kilomètres, il manque quelques marques de balisage. Nous passons un endroit dénommé "Ricou la Mouche", surprenant non ? Suivent le Peylat, le col du Luchard où nous rencontrons quelques taureaux peu sympathiques, et enfin Le Falgoux, toujours sous la pluie, après 3h30 de marche sans arrêt. Nous faisons quelques emplettes, genre fromage, à l’épicerie du village, prenons une bière bien méritée pour fêter notre arrivée (mais pourquoi donc trouver une raison ?) et partageons les fonds de sacs pour un dernier repas en commun.

 

Conclusions

Trek réussi malgré des conditions climatiques peu favorables. Nous n’avons pas rencontré beaucoup de randonneurs, excepté l’étape du Plomb du Cantal, un samedi ensoleillé. Nous étions souvent seuls dans les gîtes. Nous avons toujours été bien accueillis, nous avons bien mangé (pounty, truffade, salers…) et bien bu aussi. Avec François, il est convenu de faire d’autres randonnées car, c’est bien connu, on ne change pas une équipe qui gagne.

Petit conseil pour les randonneurs : pour connaître l'état des sentiers et notamment savoir s'il reste de la neige, ne téléphonez surtout pas aux gendarmes. Contactez directement les hébergements qui vous éviteront des annulations.

Je remercie ici tous mes amis Facebook qui m’ont soutenu tout au long de ce trek. Ils ont été tenus informés de l’avancée de mon périple, jour par jour. Ça reste donc un bel outil, si on sait s’en servir.

Et maintenant, à vous de laisser un commentaire, après avoir regardé quelques photos (cliquez sur la 1ere photo de la galerie et utilisez les flèches du clavier).

Dénivelé + : 6000 m

Dénivelé - : 6000 m

Altitude maxi : 1855 m

Distance : 140 km

Commentaire de Josette M., 1ere adjointe de la mairie du Falgoux, le 23/05/2018

Je pensais vous voir avant votre départ pour recueillir vos remarques et suggestions. Le prix que vous avez payé est celui de l’annee dernière. Aujourd’hui ils sont de 15 € pour un groupe de 10 ou plus, 17 € pour moins de 10 ( en dortoir) et de 19,80 € en chambre double. Comme vous avez pu le constater, nous faisons tout notre possible pour améliorer le confort et la décoration de ce lieu serein, en pleine verdure à proximité du ruisseau le Mars et entouré de tous ces rocs et Puys. Notre petit village du Cantal n’a rien à envier aux grandes stations de montagne. Bonne poursuite de votre randonnée sur le GR 400.

Commentaire de Dominique G. (Facebook), le 27/05/2018

Gros déluge ici et on pensait à toi ! Bon courage !

Commentaire de William V. (Facebook), le 28/05/2018

Merci Bruno, je te suis depuis mon lit. Continue avec tes belles photos.

Commentaire de Félix D. (Facebook), le 28/05/2018

Merci pour ces moments.

Commentaire de Christophe R. (Facebook), le 29/05/2018

Pas trop de chance en ce moment avec la météo dans tes randonnées !

Commentaire de Marie V. (Marietouzazim), le 30/05/2018

Comme à chaque fois, un reportage de qualité tant par le texte que par les photos. J'aime beaucoup les photos panoramiques, il y a des moments où l'on doit se sentir assez petit ! Qu'est ce que ce sera quand tu seras au Kili... !!? Merci et bon vent pour la suite.

Commentaire de Barbara et Bruno (gîte Vert-Azur), le 31/05/2018

Un grand merci pour le partage et ravis de votre performance ! Ne changez rien... si peut-être le faire dans l'autre sens ! Belles prochaines randonnées !

Commentaire de Rachel R. (gîte La Grange des Roches), le 31/05/2018

Merci de m'avoir fait partager votre récit. Au plaisir de vous accueillir une prochaine fois.

Commentaire de Marie-Laure H., le 31/05/2018

Merci du partage, un jour on te copiera, c’est sûr, et on aura toutes les infos sur ton site. Trop cool !

Commentaire de Françoise V., le 31/05/2018

Superbes photos d'un trek super, malgré le temps. Il y a quelques petites maisons très anciennes qui me plairaient bien ! Dommage que je sois née bien avant toi, j'aurais aimé t'accompagner.

Commentaire de Jacques R., le 03/06/2018

Superbe parcours et magnifique récit. Je t'admire de marcher même quand la météo est morose, je ne suis pas sûr que j'en aurais le courage. Mais les belles vues et les moments de soleil sont sûrement de belles récompenses.

Commentaire de Jean-Claude L., le 03/06/2018

Beau parcours que ce tour du volcan cantalien, et belles photos malgré la météo. J'ai appris à connaitre un peu l'Auvergne et le Cantal en particulier depuis que ma fille et mon gendre sont installés dans le coin. Certaines photos me disent quelque chose...

Comme vous avez tout lu jusqu'à la fin, je vous offre quelques minutes de détente : la vidéo des meilleurs moments de ce GR 400.